Arrêt sur image. Un instant, une couleur, une saveur, un parfum. J'observe, j'identifie, je note, j'examine et je joue. La mode, la mode, la mode. Trois fois et plus. Podiums, trottoirs, placards. La mode est partout. Play. Paris, aujourd'hui. Images d'inspirations, photos, musiques, arts. Toujours la Mode. Surtout. Stop. Future for sale. Rewind <<

lundi 24 août 2009

Marilyn, dernière séance.







En pleine lecture de "Marilyn, dernières séances" de Michel Schneider, j'illustre la détresse de la star. Avedon avait su rendre ce visage éteint qu'était celui de Marilyn, mais la dernière séance, en 1962, quelques jours avant sa mort, fut l'une des plus radieuses. Bert Stern immortalisa définitivement Marilyn dans un objectif argentic qui avait presque su cacher les cris intèrieurs alcoolisés qu'elle poussait pour accuser la vie. Exposée au musée Maillol il y a trois ans, cette dernière séance marquée au feutre par l'actrice quand elle trouvait qu'on voyait trop sa récente cicatrice, crucifie, comme prémonitoirement, une femme sur le tableau de chasse des légendes.

1 commentaire:

Chantal a dit…

Marilyn belle et fragile. Encore plus belle car fragile. Marilyn qui sait se donner à l'objectif et au photographe. Marilyn magnifiée pour l'éternité. Marilyn écorchée par la vie, par sa propre mythologie et par Norma Jeane qui ne l'a jamais laissée en paix. Seul répit: les séances photos.
"Les chiens ne m'ont jamais mordue. Seulement les humains..." Confidence de Marilyn Monroe à Truman Capote !